15 septembre 2014

Futures Rencontres Bandits-Mages (2014) : entretien filmé avec Pacôme Thiellement

Pour dévoiler quelque peu la programmation, et surtout l’état d’esprit, des prochaines Rencontres Bandits-Mages, nous avons rencontré Pacôme Thiellement, qui y participera à plus d’un titre***.

Pour l’AAARevue, l’exercice auquel il s’est sympathiquement livré consistait à répondre librement aux questions que nous lui avons posées, par écrit, devant une caméra. Ainsi il nous reçoit chez lui, par l’intermédiaire de la caméra de Camille Gerschel Hautefeuille, pour répondre à ces questions:

  1. Comment as-tu connu l’association Bandits-Mages ?
  2. Tu sembles impliqué à plus d’un titre dans ces Rencontres, ainsi que dans la programmation annuelle de Bandits-Mages, pourrais-tu nous en dire un peu plus ?
  3. Qu’est-ce que le théâtre de l’Auto-dévoration ?
  4. Je crois savoir que le point d’ancrage du workshop mené à Bourges avec les étudiants sera l’Hôtel Lallemant*. Pourquoi ?
  5. Y’a t-il un rapport entre ces actions au long cours et la soirée de clôture, dont la programmation musicale t’a été confiée ?
  6. Qui as-tu choisi d’inviter lors de cette soirée, et pourquoi ?
  7. De façon plus générale, quel lien établi tu entre la création musicale, la création filmique et la littérature ?
  8. Enfin, peux-tu nous parler du tournage qui se fera en partie à Bourges à propos de Frank Zappa ?

Dans cet entretien vidéo, articulant également des images d’archives, Pacôme Thiellement nous conseille, pour attaquer le monde moderne, de s’armer des visions du monde traditionnel (les poètes anciens) et du monde moderne (la vidéo, le rock ou la musique expérimentale), d’articuler les deux pôles d’influences du fantastique (littérature et cinéma) et de L’ÉCOUTE (des poètes).

* Nous profitons de cet article pour vous signaler que l’Hôtel Lallemant – Musée des arts décoratifs, sera l’objet de visites commentées lors des Journées Européennes du Patrimoine.

*** En effet, Pacôme Thiellement, après avoir mené après avoir mené une analyse du film Cure de Kiyoshi Kurosawa, http://vimeo.com/63683508

présenté sa série Le dispositif,

animé un cycle nommé Théâtre de l’auto-dévoration,

il revient à Bandits-Mages pour mener un workshop qui poursuit ce cycle.

Il a également participé à une master class Digitale Pourpre(de « déconditionnement des images et décontraction des corps »), dont les productions seront visibles lors de la soirée de clôture des Rencontres. Ce même soir, le samedi 15 novembre, Pacôme Thiellement programme une soirée de concerts en invitant Eyvind Kang, Marie Möör et Scott Batty.

Selon la présentation qui accompagnait le cycleThéâtre de l’auto-dévoration(proposant une « alternance d’exégèses de fictions filmiques et de lectures hantées de poètes prophétiques ».) :

« Pacôme Thiellement est essayiste et vidéaste. Il a réalisé en collaboration avec Thomas Bertay la série d’orientation et de conditionnement Le Dispositif (52 épisodes) et écrit une dizaine d’essais mêlant la pop et la gnose parmi lesquels Poppermost (sur les Beatles, MF, 2002, rééd. 2013), La main gauche de David Lynch (sur Twin Peaks, P.U.F. 2010), Tous les chevaliers sauvages (sur Hara-Kiri, éd. Philippe Rey, 2012) et Pop Yoga (Sonatine, 2013). Il a récemment collaboré avec la compagnie du Zerep sur le texte de leur pièce Prélude à l’Agonie, écrit de temps en temps dans Rock & Folk ou Les Cahiers du Cinéma et participe à l’émission Mauvais Genres sur France Culture. »

Pour en savoir plus :