Du 23 Juil 2021 au 02 Jan 2022

Variables d’épanouissement

Catégorie :

37 Indre-et-Loire

Adresse :

Jardin François 1er 37000 - Tours

Fichiers liés :

L’exposition explore les relations qu’entretient le travail avec la part intime de nos existences.
Ce sacerdoce dévorant est-il compatible avec nos aspirations profondes et la quête de bonheur ? L’utopie, l’émotion et le rêve peuvent-ils encore émerger de son cadre balisé ? Face aux pressions du travail contemporain, les artistes esquissent des horizons plus souriants remettant l’humain au centre de ses rouages.


Les artistes exposés : Francis Alÿs, Florænt Audoye, Céline Berger, Alain Bernardini, Danilo Correale, Adelita Husni Bey, Ariane Loze, Leonard Qylafi, Romana Schmalisch & Robert Schlicht, Louise Siffert, Cally Spooner, Mladen Stilinović, Pilvi Takala, Thomas
Tudoux.

Commissariat : Delphine Masson et Marine Rochard


Comme tant d’autres champs de la vie sociale, la sphère du travail a été particulièrement mise à l’épreuve par les confinements successifs de cette année de pandémie. Le ralentissement ou la mise à l’arrêt des activités, la nécessité d’un télétravail généralisé obligent mois après mois le monde du travail à repenser ses modes d’organisation.
Face à cette situation inédite, c’est aussi toute notre relation à ce pan majeur de notre existence qui est remise en cause.
Le télétravail brouille encore davantage les frontières déjà poreuses entre sphère privée et sphère professionnelle. L’oisiveté contrainte qu’ont connu nombre de professionnels a pu ouvrir une brèche dans les réflexions, amenant à réévaluer avec plus d’acuité le sens du travail dans nos vies, à confronter les aspirations profondes à la réalité vécue.

Dans le contexte d’incertitude et parfois de crainte qui pèse encore sur beaucoup, en premier lieu sur les artistes privés de projets, de ressources et de visibilité depuis de longs mois, il est encore trop tôt pour mesurer les impacts profonds et les conséquences de cette situation. Si l’avenir est bien opaque, nous préférons imaginer que tout reste encore ouvert, que tout peut encore se réinventer.
C’est avec une note d’espoir et d’optimisme que nous souhaitons ouvrir ce premier volet d’un cycle d’expositions consacré au Travail en interrogeant les possibilités du travail heureux, voire à imaginer son dépassement dans une société post-travail.

L’inspiration première provient du projet de la Galerie Expérimentale 2020 qui, suite aux mouvements sociaux déclenchés par la réforme des retraites en France à la fin de l’année 2019 et sur une proposition de Giovanna Zapperi, s’était intéressé à cette question à travers des œuvres choisies notamment dans la production d’artistes engagés politiquement pour une meilleure reconnaissance sociale de leur travail ¹ .

 

Ariane Loze, Mainstream, 2018, vidéoprojection HD, son, couleur, 19’26,
Courtesy of the artist and Michel Rein, Paris/Brussels

 

Alors que les communistes et idéalistes du XIX e siècle et du début du XX e siècle militaient pour une réduction extrême du temps de travail qui serait permise par le développement technologique, on se rend compte un siècle plus tard que c’est plutôt le contraire qui s’est produit. Avec l’évolution des outils informatiques, non seulement nous pouvons travailler tout le temps et partout, mais nous devons aussi travailler plus vite, dans une vaine tentative d’égaler les algorithmes et les processeurs.

Dans ce cadre, le travail, devenu marges financières et datas, a largement perdu son sens intrinsèque, mais aussi son caractère social et collectif.

À partir du XIX e siècle, lorsque l’on commence à interroger le temps de travail, on commence aussi à se questionner sur le temps personnel que l’on s’accorde, certains revendiquant « le droit à la paresse » ² ou bien encore « le refus du travail » ³ .

Au cours de l’histoire de l’art, les artistes se sont souvent intéressés à la représentation du travail et à la représentation de leur propre travail, mais ce n’est qu’à partir des années 1970 que l’on commence véritablement à s’intéresser au rapport art/vie dans une perspective qui est davantage celle de soustraire la création au marché de l’art en pleine expansion et à sa récupération par la culture de masse.

Aujourd’hui, la question se pose encore différemment. Depuis les années 2000, de nombreux artistes s’intéressent en effet à la question du travail et de leur propre travail sous un angle nouveau qui est celui de la porosité entre vie personnelle et travail. La figure stéréotypée de l’artiste, entièrement dédiée à son travail, est devenu une sorte d’allégorie du super-travailleur ne reprenant jamais son souffle.

S’ils ont fait le choix de se tenir à l’écart du monde du travail pour emprunter la voie d’une création personnelle, nombreux sont les artistes qui, pour autant, s’en inspirent, s’en emparent et parfois s’en amusent. Ils portent sur cet univers un regard décalé pour le décrire comme un petit théâtre absurde, parfois burlesque, régi par ses codes archétypaux, avec ses rôles, ses gestuelles, ses décors et son langage préétablis.
C’est une scène privilégiée pour développer une réflexion critique sur les enjeux sociaux-économiques de nos sociétés néolibérales et leur insatiable logique de productivité.
Au cœur de ces enjeux, le bureau et le travail tertiaire sont souvent décrits comme un monde gris où les personnalités et les désirs semblent se dissoudre et s’effacer, à l’image du personnage de Bartleby décrit par Melville. Et si ce monde gris pouvait reprendre des couleurs et être réenchanté ? L’utopie, le rêve, l’humain et le sensible peuvent-il encore émerger dans ses marges étroites ?
Dans l’antiquité, le bonheur ne résidait que dans l’otium, une noble oisiveté qui seule permettait l’enrichissement de l’esprit et la recherche de la « bonne vie ».
Au fil des siècles, le développement de la Valeur Travail nous a peu à peu convaincus du contraire.
Nous accordant une place dans la société, nous stimulant par ses objectifs, il serait le garant de notre réalisation personnelle. Pilier structurant de la vie sociale, le travail est ainsi devenu le socle de nos existences, préemptant une large part de notre temps, de notre énergie et de nos préoccupations.
Mais ce sacerdoce dévorant est-il réellement compatible avec la quête légitime du bonheur ?

 

Leonard Qylafi, Exercise on Telemann Fantasia no.3, 2017, vidéo, son, couleur, 14’56,
Courtesy of the artist

 

Ces réflexions sont à comprendre plus largement à la lumière du discours ambiant sur les mutations actuelles du monde du travail pris entre deux extrêmes que sont d’une part la recherche d’un travail plus épanouissant, plus intelligent, rendu éventuellement possible par les nouvelles technologies, et d’autre part les tensions sociales très violentes appelées à être encore accrues en raison des plans sociaux imminents et d’une hausse du taux de chômage annoncée en conséquence de la crise sanitaire.

Dans ce contexte, la promesse du bonheur au travail n’a jamais autant été à l’ordre du jour. Entretenu par les développements de la psychologie positive et de l’abondante littérature du management qu’elle alimente, le bonheur se construit au sein-même de l’entreprise à grand renfort de coaching ou de team building, sous l’impulsion des happiness managers qui veillent exclusivement au bien-être du salarié.
Sur le modèle des start-up californiennes, l’open space se mue en espace de convivialité à l’ergonomie harmonieuse. Désormais, notre bonheur est pensé et pris en charge par l’entreprise.
Certains artistes s’en amusent, notamment à travers la performance.
Car l’on peut s’accorder à penser que c’est plutôt le spectre de la « tyrannie du bonheur » 4; qui infiltre ainsi le monde du travail.
Fonctionnalisé par les méthodes managériales, le bonheur au travail ne ferait qu’améliorer ses formes de contrôle et de productivité, plutôt que d’apporter des réponses au « travail malheureux » également pointé par certains artistes à travers les notions de pression, de désynchronisation, de dépersonnalisation ou de perte de sens.

Au-delà d’un discours politique vindicatif souvent privilégié pour aborder la question du travail dans le champ de l’art ces vingt dernières années, les œuvres réunies dans l’exposition ouvrent davantage sur des stratégies de réappropriation plus souriantes : l’hypnose, le sommeil, l’oisiveté, la libération des émotions, le jeu, l’invention de nouvelles communautés permettent aussi de redessiner des horizons utopiques pour un monde du travail qui remettrait l’humain et ses véritables aspirations au centre de ses rouages. Les artistes sont en mesure de réenchanter le quotidien grâce à des œuvres propres à nous faire rire en pointant l’absurdité de notre monde, à nous faire réfléchir en envisageant l’inaction comme un mode de résistance passive ou l’humour comme vecteur d’une critique socio-politique.

 

1
Cette exposition « Vis ou travaille ! », qui aurait dû avoir lieu en mai 2020, a dû être annulée en raison du confinement. Les artistes qui devaient prendre part à ce projet sont Claire Fontaine, Olivier Garraud, Marie Reinert, Liv Schulman, Thomas Tudoux.

2
Paul Lafargue, Le Droit à la paresse, Paris, Allia, 1999 [1880].

3
Maurizio Lazzarato, Marcel Duchamp et le refus du travail, Les Prairies ordinaires, 2014.

4
Eva Illouz et Edgar Cabanas, Happycratie. Comment l’industrie du bonheur a pris le contrôle de nos vies, Premier parallèle, 2018.

Remerciements :
les artistes, pour leur collaboration ; les différents prêteurs : le frac Franche-Comté, la galerie David Zwirner, Paris/New York, Laveronica arte contemporanea, la galerie Michel Rein, Paris/Brussels, la galerie Frank Elbaz, Paris, Branka Stipančić, Helsinky contemporary, Mélanie Rio Fluency ; Annie Catelas et la société Clen pour leur aide précieuse; la Galerie Expérimentale 2020.

Infos pratiques

Horaires d'ouverture

Du mercredi au dimanche de 11h à 18h
Le samedi jusqu’à 19h
fermé les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Tarifs

7 € : plein / 4 € : réduit (demandeurs d’emploi, RSA, ASS, ASPA, AAH, services civiques, étudiants) / 4 € : conférence (gratuit pour les abonnés) / gratuit pour les moins de 18 ans