Du 20 Oct au 26 Nov 2022

Vernissage : 20 Oct @ 18h00

Topographie contraire

Catégorie :

18 Cher

Organisé par :

La Box

Adresse :

rue Édouard-Branly 18006 - Bourges

Plus d'infos

Sur le mode de l’interférence constructive, le laboratoire et résidence de recherche CCE / La Céramique Comme Expérience, créé en octobre 2015 à l’École Nationale Supérieure d’Art et de Design de Limoges, a pour ambition d’établir de nouveaux rapports entre la céramique, le verre et le numérique, dans ses formes les plus diverses, les plus inattendues, voire les plus imprévisibles. Les programmes de recherche qui y sont développés tentent de tracer cette troisième voie qui s’ouvre aux créat.eur.rice.s entre tradition et nouvelles technologies.
En plaçant la matériologie au cœur de ses préoccupations, le CCE a pour mission d’imaginer des expériences « sensibles », pour construire des projets-passerelles de collaborations, de coopérations et de productions aux frontières « coïncidentes » des territoires de l’art, du design, de l’artisanat d’excellence, de la science et de la technique.

Fondé thématiquement sur les arts du feu et l’interdisciplinarité, le laboratoire a accueilli récemment Mathilde Dumont, Béatrice Delaunay, Marie Lafaille, Andrea Rodriguez et Olivier Gain, les 5 artistes et designers, résident.e.s et étudiant.e.s, présenté.e.s dans le cadre de l’exposition Topographie contraire à La Box _ Bourges.

Mathilde Dumont réalise ses pièces dans des espaces de vie, de passage ou de travail. Elle dessine ou emprunte la matière en perpétuel changement. Par le dessin, la porcelaine ou le numérique, elle révèle l’inconscient de ces lieux et les élève aux champs de la contemplation.

Béatrice Delaunay a conçu une série de vases en verre soufflés par des artisans du Centre d’Art Verrier de Meisenthal. Dans une dimension sérielle et dans un principe de combinatoire, elle a imaginé ces formes à partir d’un système de moules dont on peut interchanger les parties – avec cette volonté de pouvoir dépasser les limites techniques et formelles que le moulage offre généralement : la symétrie, les formes en révolution, un même modèle répété.

Marie Lafaille pense les espaces qu’elle traverse comme des lieux où les couches d’histoires se superposent, le sol devient palimpseste. Remontant les traces de ce qui est hors de notre vision directe, c’est ici le regard qu’elle questionne et tente de déformer.
Des expéditions passées, des disparitions en montagne, qu’en reste-t-il ?

Andrea Rodriguez, jeune artiste chilienne, établit un dialogue entre la porcelaine, le verre et la 3D. La relation et la disposition des pièces génèrent un contrepoint visuel et symbolique entre le « contrôle » et le « non-contrôle ». Les formes proviennent de structures (moules et de la technologie numérique) mais sont susceptibles d’être soumises à la force incontrôlée de la chaleur et de l’air. L’installation au sol met aussi en évidence la relation entre le positif et le négatif, ainsi que le processus de rupture, de modulation et de remodelage de chaque pièce. La relation des formes propose un jeu de reconnaissance basé sur la mémoire faisant allusion aux concepts de trace et de fragmentation.

Depuis quelques temps, Olivier Gain mène des expériences sur les propriétés électroluminescentes du graphite contenu dans des mines de crayons. Dans cette nouvelle version initiée au four des Casseaux à Limoges il a placé entre deux assiettes un crayon à papier branché électriquement. Sous l’effet du courant celui-ci prend feu jusqu’à émettre une lumière vive. Durant la combustion les assiettes résistent à la chaleur extrême et permettent de recueillir les traces de l’expérience. Ces dépôts de suie, étonnamment dessinés et composés malgré le caractère aléatoire du processus, revisitent la tradition du décor.

L’imaginaire de l’espace est très présent dans ce projet que ce soit au niveau des motifs générés, de la soucoupe formée par les deux assiettes installées tête-bêche, de la lumière vive et de l’architecture même du four qui rappelle celle d’un observatoire.

__

Michel Paysant, responsable du CCE, artiste plasticien transdisciplinaire, s’intéresse tout particulièrement aux pratiques collaboratives et coopératives dans l’art et crée depuis de nombreuses années des installations dans lesquelles il établit des passerelles entre art, artisanat, science, techniques, nouvelles et très hautes technologies (la série des Inventariums, Nusquam,…).

Passionné de dessin classique et expérimental, il développe de nombreux projets de recherche avec des équipes de scientifiques (le projet DALY/Dessiner avec les yeux en sciences cognitives, le projet OnLAB en nanotechnologies, le projet Digital Calligraphy en robotique…) mais aussi des projets de recherche liés aux techniques traditionnelles (la technique du verre dans le projet PTPM/Pensée Technique, Pensée Magique, le tressage dans le projet Basket Case, la céramique dans le projet La Céramique Comme Expérience…).

 

____

 

Le laboratoire de recherche de l’École Nationale Supérieure d’Art de Limoges a été crée en octobre 2015. Pôle d’expertise, de pédagogie de recherche et lieu d’innovation, il s’inscrit dans la révolution numérique. Son objectif est de favoriser une création contemporaine transversale entre les filières artistiques autour de la céramique. L’enjeu est de favoriser la rencontre entre artistes, théoriciens, enseignants, étudiants, techniciens autour d’idées, de gestes, et d’outils. Le numérique participe à cette réflexion, intégrant à l’étape de la conception, la phase de modélisation 3D et ses applications d’impression.

Pour en savoir + sur le CCE

Infos pratiques

Horaires d'ouverture

Ouvert du mardi au samedi de 14h à 18h
Sauf jours fériés

Tarifs

Entrée libre