Du 18 Déc 2021 au 27 Fév 2022

Vernissage : 18 Déc @ 15h30

Out of Spaces, Marie Lelouche

Catégorie :

45 Loiret

Adresse :

234 rue des Ponts 45200 - Amilly

Pour son exposition aux Tanneries intitulée Out of Spaces, l’artiste française Marie Lelouche (née en 1984 à Saint-Junien, vit et travaille à Lille) présente en Verrière et Petite Galerie les résultats de sa résidence artistique et territoriale effectuée entre les mois de juillet et décembre 2021.
Inspirée en premier lieu par les spécificités architecturales et acoustiques de l’espace de la Verrière, qui n’est pas sans évoquer celui d’une volière, l’artiste s’est attachée à étudier différents points de contact – visuels, auditifs et tactiles – entre les espèces humaines et aviaires, questionnant ainsi le rapport que nous entretenons avec notre environnement et les évolutions possibles de nos sociétés.
À l’instar des ailes des oiseaux dont elle a tout particulièrement étudié les plumages, les ramages mais aussi les organisations sociales et spatiales au fil de ce projet au long cours, Marie Lelouche déploie et compose un ensemble d’œuvres inédites qui mêle sculptures, images, sons et textes, monde tangible et réalité virtuelle dans une approche sensible et réflexive, poétique et politique.

Tout au long de sa résidence jalonnée de rencontres avec des ornithologues, des bagueurs ou encore avec un zoologue féru d’anthropozoologie, l’artiste a minutieusement mis en place un système de collecte de photographies et d’enregistrements de différentes espèces d’oiseaux qui composent en partie le riche écosystème dans lequel le centre d’art s’inscrit, élaborant ainsi de véritables photothèques et sonothèques du vivant.
Ces motifs et autres (méta)données qui cristallisent la manière dont les espèces étudiées interagissent avec leur environnement, Marie Lelouche les tisse, les orchestre et les articule singulièrement au sein de deux espaces du centre d’art qui se jouxtent. Leur dichotomie et leur proximité font écho à celles des deux univers – tangible et intangible – construits en miroir qu’ils accueillent et que l’artiste fait ici se confronter et se rencontrer en une approche multisensorielle.

Dans la Verrière, elle présente trois premiers ensembles de grandes impressions sur soie artificielle dont le quatrième se situe en Petite Galerie – véritable trait d’union entre les deux réalités (re)créées. Colorées et translucides, fragiles et sensuelles, ces dernières, si elles semblent faire littéralement rideaux, animent et fluidifient le regard comme les autres sens. Ces ailes déployées qui structurent l’espace d’exposition ou qui, parfois même, en deviennent un, sont autant de prolongements métaphoriques de leurs propres contenus puisqu’elles sont encrées par des reproductions photographiques de plumages d’oiseaux issues de la photothèque de l’artiste, certaines faisant d’ailleurs montre de leur mise en contact avec la peau de l’homme. Néanmoins, en jouant de l’agrandissement de ces images, de leur impression sur une matière volatile et chatoyante, et des plis et des replis de cette dernière, Marie Lelouche en perturbe l’identification. Laissant ces images textiles osciller entre figuration et abstraction, elle en souligne les ambiguïtés et les transfigure pour mieux les décontextualiser, leur offrant ainsi de possibles nouveaux destins, plastiques, poétiques mais aussi politiques.

Marie Lelouche
I Am Walking In, 2015 (détail)
Galerie Alberta Pane, 2015
Photo : Takeshi Sugiura
Courtesy Galerie Alberta Pane
© Marie Lelouche, ADAGP, Paris, 2021

 

Associées à une série de sculptures en bois qui en constituent tantôt les ossatures, tantôt les excroissances, ces « peaux » constamment renouvelées – dans leurs mobilités propres comme dans celles du regardeur – semblent évoquer à plusieurs titres une mue fragile et sensuelle, prise entre formations, déformations et reformations, présentations et représentations. La diffusion en un dispositif live des cris et des chants des oiseaux qui peuplent le Parc de Sculptures au sein même de la Verrière vient décupler ce phénomène en faisant se télescoper singulièrement l’archive et son objet, mémoires et vivacités, fixités et mouvements, espaces intérieurs et extérieurs. À la faveur d’un dispositif fragmentaire et modulaire recoupant différents espace-temps et marqué par une esthétique de la strate et de la superposition, de la fluidité et du transfert, Marie Lelouche interroge les mutations en cours dans les processus de génération des images et des sons, des matières, des espaces et des architectures, ouvrant aussi une réflexion plus large sur les relations et phénomènes de contamination qui se jouent entre contenus et contenants, œuvres, supports et espaces d’exposition.

Ces interrogations et réflexions, l’artiste les dédouble et redouble au sein du dispositif de réalité virtuelle qu’elle met en place en Petite Galerie. Travaillé en une forme de mise en abîme et en miroir de l’espace d’exposition tangible, le visiteur y retrouve les éléments exposés dans la Verrière, plus ou moins (ré)inventés et (re)modelés au contact de cette autre réalité et de ses possibles. La fluidité et la mobilité s’y trouvent notamment démultipliées. Les drapés digitaux encodés d’images y sont mus par les sons doublement environnants des chants et cris d’oiseaux diffusés dans l’espace tangible de la Verrière, mais aussi de ceux, pré-enregistrés et numérisés, déclenchés par le visiteur lorsqu’il se saisit de certains éléments qui sont autant de (ré)évocations des sculptures en bois de l’espace tangible. À chaque son produit par ces interactions – directes ou indirectes –, un mouvement spécifique des drapés lui répond, faisant progressivement émerger des correspondances de gestes, de sons et d’images qui viennent littéralement faire bouger les frontières de l’espace d’exposition virtuel comme les lignes de la représentation et de la perception ; un développement inspiré du fait que les cris et chants d’oiseaux sont les marqueurs de territoires intrinsèquement mobiles, en constante adaptation et (re)définition.

À travers ces interactions et mobilités que l’artiste tout comme le visiteur expérimentent et mettent en œuvres, un récit sonore séquencé et non linéaire peut être amené à se déclencher au sein de l’espace de réalité virtuelle. Récit ouvert à la fois utopique et dystopique qui vise à anticiper, alimenter ou prolonger les réflexions qui émergent progressivement du canevas dédoublé de l’exposition, cette narration aux faux-airs d’autofiction pose des questionnements fondamentaux au sein desquels se trouvent liées problématiques politiques, géopolitiques, sociales, environnementales, éducationnelles, relationnelles ou encore linguistiques.

Avec Out of Spaces, Marie Lelouche réinvestit et expérimente ainsi, de strate en strate, par additions et soustractions, des phénomènes d’inversions – d’échelles, de paradigmes, de points de vue – et de porosité entre les espèces (species) et les espaces(spaces) à travers lesquels elle occasionne des pertes de repères qui nous engagent à voir, à percevoir, à concevoir et à nous émouvoir autrement. Ce faisant, elle nous invite à prendre différemment la mesure de notre environnement et à questionner fondamentalement la capacité de réunion des êtres et des choses en soulignant toutes les ambiguïtés et la complexité que suscite une véritable rencontre avec l’autre, entre attractions et répulsions et au-delà.

SOUTIENS ET PARTICIPATIONS :

La résidence territoriale effectuée par l’artiste de juillet à décembre 2021 a bénéficié du soutien exceptionnel du Ministère de la Culture — DRAC Centre-Val de Loire / Pôle Publics et Territoires.

Le développement de l’œuvre en réalité virtuelle intitulée Unforeseen Spaces (2021) a bénéficié de la participation du DICRéAM, dispositif d’aide pour la création artistique multimédia et numérique du CNC — Centre national du cinéma et de l’image animée.

REMERCIEMENTS :

>> L’artiste et le centre d’art tiennent à remercier l’ensemble des personnes qui ont contribué directement et indirectement à ce projet au long cours et en particulier :

M. Philippe Kuligowski, Président de l’Association Les Corbeaux – Gâtinais Nature
M. Christian Chandellier, Musicien, Ornithologue, Membre de l’Association Les Corbeaux – Gâtinais Nature
M. François Baillon, Zoologue et Photographe
M. Raphaël Bussière, Bagueur
M. David Lavogiez, Bagueur référent – Station de baguage du Fort-Vert / Eden 62
Mme Marie Delamaere, Bagueuse – Station de baguage du Fort-Vert / Eden 62
M. Xavier Gruwier, Bagueur – Station de baguage du Fort-Vert / Eden 62
M. Patrick McGuire, programmeur et développeur – BirdNET-Pi
M. Stefan Kahl, postdoctorant au sein du K. Lisa Yang Center for Conservation Bioacoustics du Cornell Lab of Ornithology et de l’Université de technologie de Chemnitz – BirdNET
Messieurs Peter Boesman, Sylvan Chnabel, Jorich van Arneym, Fr ank-Udo Tielman, Grzegorz Lorek, Jerome Fischer, Larss Edenius, Jorge Leitano, Tristant Guillebot, Jarek Matusiak, Mateusz, Erik Roels, Sylvan Schnabel, Alin Malengreau, Norbert Uhlhaas, Bodo Sonnenburg, Brickegickel, Toon Jansen, Frederik Fluyt, Hans Matheve, Twan Mols, Florian Kubala, Bernard Bousquet, Fabian Deck – XENO-CANTO
Alix Lelouche, M. Bernard Lelouche, Mme Dominique Lelouche, Mme Christine Truniger, M. Lukas Truniger, M. Markus Truniger

AUTOUR DE L’EXPOSITION :

>> le samedi 29 janvier 2022, à partir de 15h30 (sous réserve)

Conférence d’Érik Bullot inspirée de son intervention dans le cadre du séminaire Cinéma Braille – L’Ésthétique à l’heure du pixel #2 dirigé par Jacques Aumont, Emmanuelle André et Antonio Somaini présenté en octobre 2021 au Jeu de Paume. Partant du postulat que « l’on peut relier le principe de perforation du film analogique à l’histoire des codes et des systèmes d’écriture comme le morse, le braille, le télégraphe, les rouleaux du piano mécanique… », Érik Bullot s’interroge : qu’en est-il du pixel ? Appartient-il encore à l’histoire des perforations ? Peut-on voir le cinéma avec son code ? Autant de questionnements qui entrent à la fois en résonance avec le fil de saison Draw Loom tout comme avec le travail en particulier de Marie Lelouche avec laquelle il sera invité à discuter. Cette première présence d’Érik Bullot dans la programmation du centre d’art marquera par ailleurs le lancement de sa résidence d’écriture !


Dossier de presse en téléchargement (50 Mo)

Infos pratiques

Horaires d'ouverture

du mercredi au dimanche, de 14h30 à 18h

Réserver une visite de groupe : publics-tanneries@amilly45.fr