Du 02 au 28 Fév 2017

Vernissage : 09 Fév @ 18h00

Marcos Avila Forero – La borne / Exposition dans la ville

Catégorie :

18 Cher

La borne est installée rue de l’Abbé Berthault à Bourges du 5 janvier au 2 mars 2017. Marcos Avila Forero est invité par Nicolas De Ribou dans le cadre de Souvenir de Mwene Mutapa - Cartographie exotique d’une collection.

Adresse :

rue de l’Abbé Berthault 18000 - Bourges

Plus d'infos

Cet Évènement fait partie de :

Du 05 Jan au 15 Avr

Souvenir de Mwene Mutapa

Vernissage le jeudi 9 février 2017 à 18h à La Box (7 Rue Edouard Branly à Bourges)

La borne est une micro-architecture itinérante en région Centre – Val de Loire conçue par le collectif d’artistes Le pays où le ciel est toujours bleu.

Marcos Avila Forero

« Je ressemble à celui qui emporte toujours dans sa poche une pierre de sa maison pour montrer au monde comment c’est chez lui. » Bertolt Brecht.
Aujourd’hui les objets, les idées comme les gens voyagent constamment et rapidement. De quelle façon concevons-nous chaque réalité sociale, comment les perceptions, les personnes et les choses voyagent et se transforment dans ce flux constant ?
Chacun de mes travaux commence toujours d’abord par une rencontre, celle d’un lieu, d’un contexte, d’une personne, d’un document, d’une histoire… et c’est à partir de là que le travail commence.
Je m’intéresse aux témoignages, aux documents, à l’histoire quand elle est officielle, à l’histoire quand elle est officieuse, au vécu qu’ont gardé certains objets ou certaines matières premières… Tous ces éléments deviennent les outils dont je me sert pour échafauder chacune de mes pièces. L’être humain est le personnage principal.

Extrait du site Internet de l’association New Folder*

Marcos Avila Forero, vue de l'exposition "Condensation" au Palais de Tokyo (Paris)
Marcos Avila Forero, vue de l’exposition « Condensation » au Palais de Tokyo (Paris)

Les œuvres de Marcos Avila Forero (né en 1983 à Paris, vit et travaille à Bogota et Paris) sont immergées dans la réalité complexe et parfois violente de situations politiques et sociales qu’il restitue non pas comme un observateur impartial, mais en mêlant à son travail les éléments (matériaux, histoires, symboles) qui la constituent. Ses œuvres portent ainsi l’empreinte d’une rencontre, d’un récit ou d’un parcours. Ce sont des micro-fictions faites de bric et de broc, qui cherchent moins à démontrer ou documenter qu’à confronter des temps et des lieux qui n’auraient pas dû se rencontrer.

Artiste Colombien résidant en France. Diplômé en 2010 de l’École Nationale Supérieure de Beaux-Arts de Paris avec les félicitations du jury. En 2011 exposition collective « Le Vent d’Après », commissariat assuré par Jean de Loisy (directeur du Palais de Tokyo). Obtenant par la même occasion le Prix Multimédia Des Fondations Des Beaux-Arts pour « A Tarapoto, Un Manati » et « A San-Vicente, Un entrainement ». Invité en Colombie, en 2012, par l’Ambassade de France et le Musée d’Art Moderne de Medellin pour une exposition personnelle « De Pasaje ». Marcos Avila Forero a été lauréat du Prix Découverte des Amis du Palais de Tokyo 2012.

Pour en savoir plus

Consulter les archives du projet « À SAN VICENTE, UN ENTRAÎNEMENT » – 2010 – Action sur plusieurs jours et installation, Dimensions variables. Matériaux : bois, dictaphone.

Lire l’article consacré à Marcos Avila Forero (juin 2013) de Patrick Scemama dans son blog la République de l’art

Et retrouver plus d’informations sur le site Internet de la galerie le représentant : galerie dohyanglee