Du 31 Oct au 08 Déc 2019

Vernissage : 31 Oct @ 18h00

ENTRE, Peter Downsbrough

Catégorie :

37 Indre-et-Loire

Exposition monographique

Adresse :

49 boulevard Preuilly 37000 - Tours

David Kidman, artiste et professeur, a invité Peter Downsbrough à intervenir avec les étudiants en art de TALM. Dans la galerie MAME, lieu de l’exposition, autrefois décorée par des peintures murales, aujourd’hui cachées derrière des couches de blanc, seuls des aperçus restent visibles par des « fenêtres » ouvertes dans les colonnes et les murs du bâtiment.

L’intervention de Peter Downsbrough ouvre et redessine l’espace par des fines colonnes, des marquages sur le sol et par des éléments textuels agencés sur les murs sous forme de mots de liaison, et le titre de l’ensemble : ENTRE.
Cet agencement est complété par la projection de deux films sur des écrans collés aux vitres, conçus pour être visibles depuis le parvis, vers le sud et vers l’ouest, après la tombée de la nuit.

Les étudiants ont produit un film pour cette exposition, tourné en pellicule 16mm dans les villes de Tours et de Saint-Pierre des Corps. Ils ont travaillé avec l’artiste sur l’ensemble de la mise en place de l’exposition, depuis ses fondements conceptuels jusqu’à la logistique nécessaire pour installer ces œuvres dans l’espace d’exposition.

Ils ont également travaillé avec Line Herbert-Arnaud, historienne de l’art et spécialiste de l’œuvre de Peter Downsbrough. Un catalogue d’exposition sera proposé, avec des textes écrits par Line Herbert-Arnaud et David Kidman.

PETER DOWNSBROUGH

Né en 1941 à New Brunswick, États-unis, vit et travaille à Bruxelles.

Artiste américain actif depuis le milieu des années 1960, son travail propose quelques repères qu’il place dans les structures architecturales et les lieux publics. Il refuse le minimalisme, prônant ce qu’il appelle le maximalisme (sic). Sa façon rigoureuse de découper des espaces entraîne un processus visuel que l’on pourrait qualifier de trompe-l’œil, mais qui va au delà, proposant une lisibilité transformée des espaces qui réorganise notre champ visuel.

Arpenteur géomètre des lieux qui lui sont confiés, il s’implique et intervient dans chaque lieu où il travaille en suggérant une nouvelle méthode de perception. Son travail met en question des formes architecturales et les éléments de langage qui y sont afférents ; notamment, par l’utilisation des colonnes et des interventions graphiques – littéralement, des textes qui prennent forme – coupées.

Peter Downsbrough, avec ses films, interrogent aussi l’infrastructure des lieux, qu’ils soient de production, d’administration ou de transport, ainsi que les images provoquées par ces lieux, menant une réflexion sur les lieux et les locaux où nous agissons.
Ces images provoquées, à leur tour, soulèvent des questions de la place des formes modernes dans les constructions architecturales destinées à recevoir les organisations de contrôle sociétal.