Du 03 Fév au 09 Avr 2018

Vernissage : 03 Fév

[RANDOM] Benoît Piéron

Catégorie :

45 Loiret

Installation in situ, Petite galerie Commissariat : Éric Degoutte

Adresse :

234 rue des Ponts 45200 - Amilly

Plus d'infos

Fichiers liés :

Dans le cadre de la Biennale d’Architecture d’Orléans, et en préambule à la prochaine saison d’expositions intitulée « Formes d’histoires », Benoît Piéron est invité à réaliser une installation in situ pour la Petite galerie.

L’artiste pense en effet toujours l’exposition comme le lieu d’une expérience sensorielle intense. S’appuyant sur le prêt d’une œuvre réalisée dans le cadre d‘une résidence liée au programme de la Fondation Hermès et intitulée « Le Lit », il propose un aménagement particulier de la galerie considérée comme une forme dérivée d’habitat.

Extraite du cadre narratif de Walden ou la Vie dans les bois, une œuvre de H.D.Thoreau, une liste de matériaux sera disposée dans la galerie. Ces derniers permettront à Benoît Piéron de travailler sur place, selon un calendrier de présence défini préalablement.

En lien avec les différentes étapes de création de l’habitat, des rendez-vous avec l’artiste rythmeront l’exposition. Confrontant ce qui relève d’une réalité de vie, la sienne, à l’imaginaire d’une vie littéraire, celle de Walden, Benoît Piéron reprend le fil d’une histoire dont il explore le potentiel narratif en l’appliquant au développement concret d’une œuvre en gestation.
Les rencontres programmées par Benoît Piéron font ainsi entrevoir la part intime et domestique qu’a tout univers habité.

Benoît Piéron

Benoît Piéron pense l’exposition comme une expérimentation sensorielle intense.
Il exacerbe la relation entre les corps, les matériaux et les objets.
Sensible au mouvement de branches des arbres visible depuis la fenêtre de la Petite galerie des Tanneries, intéressé par la proximité des cours d’eaux jouxtant le bâtiment, il y envisage un univers immersif où le visiteur serait allongé, le corps au repos.
Alité, sa perception est toute autre : il éprouve un état de veille oscillant entre le ressenti immédiat d’une situation singulière et celui paradoxal du réel s’éloignant dans un étirement du temps. Cela s’exprime aussi dans l’usage des matériaux ductiles : le savon, l’humidité, l’encens, les motifs répétitifs d’un papier peint qui emplissent les murs et les débordent…

Les installations de Benoît Piéron dévoilent de multiples possibilités de mises en récits. Troublantes par leur caractère baroque, leur caractère mutant et nomade est une incitation généreuse à réintroduire une sensualité et un imaginaire au cœur de l’univers domestique.

http://random.benoitpieron.com/4m%C2%B2/