21 juillet 2017

Catégories :

Territoires de cultures, cultures de territoires

Collectif, La Nacre, juin 2017

Quand élus, artistes et habitants co-investissent les territoires ruraux. Les textes de professionnels regroupés dans ce recueil mettent en lumière enjeux, points de vue, expériences et pistes de développement.

Le document est aussi consultable en ligne.

Recueil de textes d’acteurs professionnels qui mettent en lumière enjeux, points de vue, expérience et pistes de développement.

Parler de territoire c’est parler de géographie. Ce sont des géographes et des démographes qui ont mis l’accent sur une nouvelle géographie française, une délicate dialectique entre métropolisation et France périphérique. Le phénomène n’est pas nouveau, mais il a été réinterrogé.En juillet 2016, l’État, par l’intermédiaire du Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET), a proposé aux acteurs politiques et sociaux des territoires, une nouvelle forme de contractualisation sur le modèle des contrats de ville. Ainsi les services de l’État, ceux des Départements, de la Région se sont mis au service d’élus et d’acteurs des territoires pour bâtir des stratégies au sein des contrats de ruralité. La culture a toute sa place au sein de ces nouveaux contrats.

Le ministère de la Culture, avec ses services déconcentrés que sont les directions régionales des affaires culturelles, avait déjà pris la mesure de l’enjeu d’aménagement culturel du territoire, non pas en équipements uniquement, mais en présence artistique sur le long terme, qui bénéficie principalement à la jeunesse au travers de parcours d’éducation aux arts et à la culture.

Cette politique déclinée dans chaque région a fait l’objet notamment de conventions territoriales. En Auvergne-Rhône-Alpes, trente communautés de communes de taille très différente ont pu bénéficier d’une convention et de fonds importants de l’État en conséquence.

La Nacre a su réunir de fins professionnels proposant un cycle de formation de grande qualité, l’interaction entre formation des acteurs et actions étant essentielle pour l’atteinte des objectifs.

Leurs textes ici regroupés mettent en lumière enjeux, points de vue, expérience et pistes de développement. Nous les remercions de leur engagement auprès des acteurs des territoires, accompagnant ainsi l’effort des communautés de communes (EPCI) pour la professionnalisation de personnel de médiation, vecteur indispensable entre les publics, leurs relais et le monde des arts et de la culture.

Michel Prosic, Directeur régional des affaires culturelles Auvergne-Rhône-Alpes