13 février 2019

Catégories :

Rencontre avec Mawena Yehouessi

Mercredi 13 décembre 2018 dans café berruyer non loin de La galerie la Box .

Mawena en résidence curatoriale à la Box réactive depuis le mois d’octobre le dispositif Medium(s) avec un groupe d’une quinzaine d’étudiantes et étudiants de seconde, troisième, quatrième et cinquième année de l’ENSA Bourges.

« Medium(s) est un dispositifs d’écriture collective de la structure narrative d’une exposition ».

L’exposition est une pratique issue de la culture occidentale qui consiste à rassembler dans un même espace différents objets.
Si les objets sont considérés comme des œuvres d’art, il s’agit d’une exposition artistique.
La manière de présenter ces objets n’est pas anodine. Une personne décide quelle œuvre sera placée à coté de quelle œuvre. Cette personne est appelée curatrice.
L’ordonnancement que la curatrice met en place pour disposer les objets dans l’espace, ce serait la « structure » de l’expo.

Beaucoup d’artistes espèrent donner à leurs œuvres une signification qui leur est propre.
Grace à la mise en place d’une « structure narrative », la curatrice nous raconte une histoire qui joue avec la signification propre des œuvres et avec la signification créée par le fait que les œuvres sont ordonnées telle quelle le sont dans le dispositif qu’est l’exposition.
Plus simplement, on peut dire que 1+1=3

On peut considérer le travail de curation comme une méta-oeuvre. Une pratique proche du collage.
Le principe d’écriture « collective » permet de réaliser ce travail à plusieurs, et ainsi offre une diversité de points de vue, un plus grand nombre de références et dans le cadre d’une résidence-curatoriale-au-sein-d-un-ecole-d-art-où-est-affirmée-la-volonté-d-impliquer-des-élèves-dans-le-processus-de-recherche-de-l-artiste-invitée, Medium(s) semble idéal.

Mawena est à la fois curatrice (manipulatrice d’œuvres d’artistes), artiste (créatrice d’œuvres) et chercheuse (dans le monde universitaire, en thèse de philo).

Dans le cadre de Medium(s), elle a invité de nombreux intervenants à réfléchir avec les élèves au rôle du curateur et de l’espace-monde qu’il créé (cet « espace-monde » né de la fameuse « structure narrative » mise en place). Ils analysent le rapport du visiteur à l’espace de l’exposition (avec les codes et les croyances qui lui sont liés), travaillent sur le concept de manipulation.
Manipulation comme manipuler un objet avec précaution (c’est souvent le cas avec les objets rangés dans la case « œuvres d’art ») mais aussi manipuler les esprits (c’est un agissement de base à tout rapport de croyance. Dans le monde du musée, de l’œuvre d’art, on est en plein dedans.
Mawena met en lumière les ficelles de la manipulation et ainsi permet aux étudiants de prendre de conscience de ce principe, et éventuellement de s’en émanciper.

Mawena, dans son travail avec Medium(s) mais aussi dans son travail de recherche et d’artiste, joue avec la polysémie des mots dans le but de se libérer d’œillère «sémantiques» qui souvent réduisent considérablement l’horizon. Ce détricotage permet de complexifier des concepts jusqu’alors restreints et ainsi découvrir de nouveaux territoires.
Pour les étudiant.es du groupe Medium(s), ce pas de coté semble salutaire. Il leur permet de s’extraire de leur environnement social, de l’éducation reçue et de s’observer, d’observer le monde, d’observer le monde de l’art d’un nouveau point de vue.

Dans son activation aux beaux arts de Bourges, Médium(s) s’articule en 3 entrées et 4 temps.

3 entrées

– la relation magie/technologie (ou mieux : réel/virtuel/surnaturel).

– le medium de la monstration.
Qu’est ce qu’une œuvre ?( original vs reproduction, citation d’une œuvre , l’huile sur toile vs le gif animé de Googleimage® ) . Qu’est-ce que donner une œuvre à voir (monstration), Qu’est ce que donner un ensemble œuvre à voir (pratique de collage)

– l’observation des choses à travers un dispositif « afrofuturiste ».
Par « afro » entendez un nouveau point de vue différent de celui de l’homme-blanc-heterosexuel-capitaliste-bourgeois-habitant-une-grande-capitale-du-monde-occidentale. Par ce glissement, on peut apprécier les rapports de lutte de pouvoir, de genre, de militantismes post-coloniaux, spiritualité vs religion capitaliste…
Par « futurisme » il y a la tentation d’embrasser le monde en s’affranchissant des cases passé/présent/futur en créant des ponts dans la temporalité.

4 temps

– Durant les 2 premiers mois Mawena a demandé aux élèves de venir avec leur références, pistes, idées en les aiguillant avec des « séquences titre » : Magie et technologies, Alterfuturismes, Transfiguration, Abolition
– Puis vint le temps de la production, du prototypage : Création d’un espace sacré, Workshop d’édition manipulable et reconfigurable, Réalité virtuelle (filmer avec la contrainte du 360°)
– Ensuite elle a organisé des ateliers d’écriture nocturne où elle a demandé aux élèves de définir ce que sont pour eux les «séquences titres» maintenant qu’ils.elles se les sont appropriées et de lui proposer des œuvres (des artistes reconnus ou issues des productions de leur camarades de classe)
– Une publication sera présentée à la fin de l’expo qui se veut en mouvement avec différents accrochages (les 7 février, 4 mars, 11 mars et 20 mars), différentes médiations.
Cette publication prendra une forme papier et sera aussi déclinée sur le site/œuvre d’art en ligne de Vincent Chevillon : archipels.org.

L’exposition medium est visible jusqu’ au 28 mars 2019 à la galerie la Box.
Entrée libre.