Département : Indre-et-Loire (37)

Sans Canal Fixe

Domaine d'Activité :

Domaine Esthétique :

Statut : Association "loi 1901"

Créée en : 2010

Contact - Adresse

02 47 05 24 78 scfdiffusion@gmail.com Voir le site web

2 place Raspail 37000 Tours

Sans Canal Fixe est un collectif de réalisateurs et des programmateurs de films documentaires. Depuis sa création, SCF développe son activité autour de trois pôles complémentaires:

La réalisation, essentiellement documentaire
La diffusion publique (projections-rencontres, festivals)
L’éveil au cinéma, à travers des formations, des ateliers de réalisation et des films participatifs

La production de films personnels ou de projets collectifs s’inscrit dans une réflexion générale sur les formes d’écriture cinématographiques émergentes.
L’association fonctionne comme un laboratoire permanent, permettant de réaliser des « premiers gestes » cinématographiques, ou d’expérimenter de nouvelles pratiques notamment collectives et participatives.
Ces modes de fabrication sont également partagés et pratiqués dans des ateliers d’éducation à l’image proposés par les réalisateurs de l’association. Chacune de ces interventions, non modélisées, consiste à trouver un équilibre entre un indispensable travail de critique des médias (en abordant la télévision avec les outils théoriques du cinéma), et une pratique du cinéma alternative, désacralisée, et inscrite socialement.

L’association organise des projections afin de faire découvrir ses productions et celles d’autres réalisateurs indépendants.
Les diffusions publiques sont le lieu privilégié de rencontres entre des films, des réalisateurs et des publics.
Cette préférence pour ce type de diffusion est une suite logique de notre volonté d’offrir des cadres mieux adaptés à ces formes cinématographiques atypiques. Le film retrouve ainsi son statut de proposition, d’essai, en opposition à l’idée de produit.

Partisan d’un « cinéma d’espace publique », Sans Canal Fixe propose depuis plusieurs années des alternatives à la diffusion classique en salle. En envisageant le lieu de diffusion comme faisant partie du processus cinématographique, il s’agit aussi de questionner la notion de « voir-ensemble ». Sortir des salles, considérer le cinéma comme un lieu ouvert, modifie le rapport aux films, au cinéma, à la ville, en proposant un cinéma provisoire, temporaire, un cinéma qu’on croise au détour d’une rue.