Du 14 Fév au 07 Mar 2020

Vernissage : 14 Fév @ 13h00

Rêves d’aquarium, Shu Yang

Catégorie :

18 Cher

Sur une proposition de l'ARC Le Bras du Pantographe

Adresse :

Le Coin Enclos des Jacobins 18000 - Bourges

Plus d'infos

Le titre de cette exposition est « rêve d’aquarium » ; il vient de mon souvenir d’enfance. Quand j’étais petite, chez moi, il y avait un très, très grand aquarium.
Différentes couleurs de poissons vivaient dedans.
Un jour, devenue grande, je parle de cet aquarium et des poissons avec ma mère ; à sa grande surprise, la description que j’en ai fait datait d’avant ma naissance : il n’y avait plus de poissons lorsque je suis née.
Tout ce que j’ai décrit sur les poissons était avant ma naissance. Ici, l’aquarium signifie le commencement de ma vie. Le rêve est composé par la fiction et la réalité. Mon passé et aussi mon espoir.

Le travail que présente Shu Yang fait partie de l’installation mise en œuvre pour son diplôme, obtenu avec mention en juin dernier. Le contexte particulier de ce lieu lui a permis de resserer son choix. Rêve d’aquarium, est le titre éponyme , particulèrement adapté au lieu.

C’est ici une manière de partager ce qui s’invente quand on fait le choix de consacrer quelques unes de ses belles années, loin de son pays et des siens, pour vivre une aventure artistique.

Le mémoire qui accompagne cette recherche évoque l’univers de l’intime, faisant de la chambre le lieu d’une exploration nous rendant plus familier avec l’œuvre de femmes, principalement, qui sont venues conforter cette jeune artiste sur le chemin de la création.

Initié par l’Atelier de Recherche et de Création le bras du pantographe, Le Coin, un lieu pédagogique, met en prise direct les étudiants avec la ville, les passants et les habitants d’un quartier en jonction entre la rue Moyenne et la rue d’Auron.Cet espace situé dans l’enclos des Jacobins, vient en synergie avec la galerie Poteaux d’angle, faire la démonstration qu’une présence artistique est aussi un puissant moyen pour faire sortir du désœuvrement des espaces vacants au centre de nos villes, et redonner à nos promenades urbaines un regain de vie. La population estudiantine, à travers l’Ensa de Bourges, trouve ainsi une visibilité à travers ce lieu expérimental où peut s’exprimer
les formes plastiques dans toutes leurs diversités.