Du 10 Sep 2016 au 28 Jan 2017

Résonance lointaine, Michel Saint-Lambert

Catégorie :

41 Loir-et-Cher

Organisé par :

Musée de Vendôme

Adresse :

Cour du cloître 41100 - Vendôme

Fichiers liés :

« Né en 1957 à Saint-Denis de La Réunion, je vis en Touraine depuis une trentaine d’années.
Je peins des lignes, des formes, des silhouettes et des visages qui me sont familiers ou inconnus. Je raconte des histoires semant des traces qui sont parfois visibles et cependant discrètes dans chacune de mes réalisations. Je laisse une place importante à l’imaginaire et ne m’impose pas de cadre à l’avance laissant parler l’émotion.
Le dessin et la peinture font partie de mon quotidien. Je recherche la spontanéité du trait, sans croquis, comme moyen de langage et de partage.
…Une peinture libre, intuitive avec mon langage et mes propres codes…»
Paroles de Michel Saint-Lambert

michel_st_lambert

« Il est de la peinture comme de la musique.
En musique, les sons, simples bruits représentants de différents instruments, grâce au talent du compositeur par une certaine alchimie deviennent parfois de la musique.
La peinture de Michel-Saint-Lambert n’est pas de simples représentations du réel, on ne voit pas les hommes mais il nous montre à voir leur humanité.
Par cette alchimie du lien humain qu’il crée il est un véritable compositeur de peinture et ce qu’il nous montre est tellement fort et puissant que l’on peut parler de peinture Wagnérienne.
Si la musique est l’harmonie du silence entre les bruits, cette peinture est l’harmonie de l’invisible au milieu du fracas humain.
S’il y a des silences assourdissants, il y a là des invisibles éblouissants.»
Bernard Aiguebonne

Cette exposition rassemble des peintures récentes réalisées entre 2011 et 2015 ainsi que des bois sculptés.
Destiné à un large public, cet accrochage sert aussi de support pédagogique aux ateliers d’arts plastiques proposés aux classes.

Michel Saint-Lambert est arrivé en France en 1973 alors âgé de 16 ans.
Aîné d’une famille nombreuse dont l’avenir s’annonce difficile dans l’île de la Réunion, il accepte, en accord avec sa mère, de partir en métropole. En 1963, le Bumidon est mis en place pour contribuer au repeuplement des départements français touchés par l’exode rural. Le Bumidon (bureau pour le développement de migrations dans les départements d’outre-mer) favorise l ‘émigration depuis les départements d’outre-mer vers la France. Sa mission consiste à organiser l’insertion professionnelle dans des secteurs où la métropole manque de main d’œuvre.
Michel Saint-Lambert est accueilli dans une famille et poursuit ses études.
Mais il ignorait combien ce déracinement serait difficile : l’arrachement à son île, à ses proches, à sa culture, à sa langue. Ses dessins lui permettent d’exprimer sa douleur : le climat, les règles de vie, l’impossibilité de parler créole, la couleur de sa peau. Son œuvre se réfère souvent à son île natale alliant les mots, les journaux découpés à des bustes, des fleurs réduites à quelques pétales.

Informations pratiques :
Ouverture jusqu’au 31 octobre de 10h à 12h et 14h à 18h
fermé le mardi
à partir du 2 novembre de 10h à 12h et 13h30 à 17h30
fermé le mardi , le dimanche , le 1er novembre, le 25 décembre et le 1er janvier

Entrée libre.