Du 13 au 28 Mai 2016

J’attends que tu, Thomas Wattebled

Catégorie :

45 Loiret

Un titre énigmatique qui semble ne s’adresser à personne et à tous la fois.
Mais attendre quoi ?
Qui est ce « tu » ?
Un dialogue en suspens se dessine et pousse le spectateur à se demander si c’est lui qui doit attendre quelque chose de l’œuvre, ou inversement l’artiste qui doit attendre quelque chose du spectateur.

Avec subtilité, Thomas Wattebled se joue de ce moment d’entre-deux, de cet instant où le temps s’allonge et s’étire à l’image de (L’expiration, 2016) vidéo réalisée pour l’exposition dans les collections du musée, dans laquelle un accordéoniste, qui au son de son instrument donne un second souffle à ce qui a été et sera de nouveau.

Le temps manipulé est omniprésent dans les œuvres de Thomas Wattebled.
Il joue avec le temps de l’œuvre et celui du spectateur, le plaçant face à ce qui s’apparenterait à une salle d’attente, dans laquelle il serait contraint de rester debout (J’attends que tu, 2016), Il l’allonge et le fait durer tant bien que mal en rafistolant à coup de rustine un bateau pneumatique qui ne veut pas lâcher prise (L’increvable, 2016) et tente de le saisir le passage fugitif du soleil dans ce lieu particulier, à la manière des impressionnistes, sans pouvoir en garder la trace (025, 2014)

J’attends que tu, et si ce n’était pas simplement une invitation adressée aux spectateurs, une invitation à franchir les portes de la chapelle pour découvrir l’exposition de Thomas Wattebled, construite dans un lieu singulier où le son de la vidéo résonne dans l’espace et créer une harmonie entre l’art contemporain et le patrimoine culturel.

Élodie Bernard

wattebled

Lire l’article du blog Regardb.com