Tous les Artistes

Sordide sentimental

dans : Ateliers

© Jean-François Jamoul

 

————————–

Joy Division – Souvenirs
de Jean-Pierre Turmel

J’ai découvert Joy Division dès la compilation (« a factory sampler ») double 45t chez Factory records sur laquelle ils figuraient. C’était début 1979 et j’écrivis immédiatement à Tony Wilson pour le féliciter et lui dire toutes les affinités que son label avait avec Sordide Sentimental (le fanzine était déjà édité et nous préparions le premier 45t). Quelques années plus tard Tony Wilson lors d’une conversation téléphonique m’affirma que Sordide Sentimental avait été le tout premier label indépendant à l’avoir contacté.
Throbbing Gristle s’étant produit à Manchester quelques mois après, Genesis P-Orridge montra à Ian Curtis avec lequel il avait une réelle amitié le 45t que nous venions de publier avec T.G. (le tout premier). L’objet suscita un vif intérêt chez Ian Curtis au point d’émettre l’idée de faire un disque avec Sordide Sentimental, dans le même esprit (disque objet avec textes et illustrations).
Lorsque le premier 33t de Joy Division (« Unknown Pleasures ») paru chez Factory, Rob Gretton le manager du groupe me l’envoya immédiatement. Ce disque acheva de me persuader de l’importance exceptionnelle de ce groupe. Comme d’autre part je venais d’annuler un projet avec un groupe américain qui avait malencontreusement changé de style, et que le texte que j’avais préparé (sur le thème de la lumière) pouvait parfaitement convenir à Joy Division moyennant  quelques développements supplémentaires, je proposai au groupe un projet commun, qui fut accepté. A cette époque le groupe avait encore une image très « moderne », mais je voyais dans leurs photos et j’entendais dans leur musique des échos du passé, des liens profonds avec le Romantisme allemand. J’expliquai mes thèses, et Ian Curtis acquiesça. (En fait nous n’avons toujours que très peu communiqué…comme s’il n’y avait rien d’autre à ajouter)

Il se trouve que l’un de mes meilleurs amis et qui fut en quelque sorte mon père spirituel, Jean-François Jamoul, était peintre, et très marqué lui-même par les artistes romantiques allemands. Lui demander de concevoir une couverture pour ce projet relevait de l’évidence. Il était prévu initialement que l’illustration de couverture serait au format A4 vertical, et que le nom Joy Division y serait inclus. Mais ce que Jamoul peignit était un paysage, de format horizontal…Le recadrer eut été faisable, mais envisager cette solution m’était impossible tant l’œuvre était impressionnante et forte.
Je décidai donc malgré le surcoût que cela impliquait de l’imprimer en entier, la partie gauche du tableau devenant le dos de la pochette. Y ajouter le nom du groupe ou le logo Sordide  Sentimental  m’était  tout  aussi  intolérable…comme  à  la  réflexion  une pochette
« énigmatique » (sans aucune information) conviendrait parfaitement au groupe et au texte que je préparais, j’optai pour cette solution.

Le groupe devant se produire sur scène à Paris aux bains Douches le 18 décembre 1979, il fut convenu entre nous que nous nous rencontrions ce jour là pour remise de la bande.
Sur un plan personnel cette rencontre restera associée à un évènement assez atroce. Danny Dupic ma compagne à l’époque était atteinte d’un cancer depuis un peu plus d’un an. Nous avions rendez vous le matin de ce jour là à Villejuif pour faire le point avec l’équipe médicale qui la suivait. On nous fit comprendre à demi mot que l’espoir de survie était extrêmement ténu (elle devait effectivement décéder en juillet 1980). On imagine donc aisément notre état de désespoir lors de la rencontre avec le groupe.
Cela ne pouvait pas faciliter la communication. Rencontre néanmoins parfaitement cordiale avec les membres du groupe et Rob Gretton dans une minuscule chambre d’hotel…Fascination silencieuse par contre avec Ian Curtis, dont le teint blafard et l’intensité du regard ne pouvait que confirmer mes thèses à propos du Romantisme du groupe.
Ce fut bref car tout le monde avait des obligations à respecter, mais nous eûmes cependant le temps de montrer le tableau que Jean-François Jamoul venait juste de terminer pour la couverture. Ian Curtis fut visiblement étonné (c’est le terme qui me semble le plus approprié) au point de dire qu’il souhaitait acheter le tableau…Je dus lui expliquer dans mon anglais hésitant, que Jean-François Jamoul venait de me l’offrir, et que vraiment je ne pouvais envisager de m’en séparer.
Le concert par lui-même fut extraordinaire, mais j’étais comme déconnecté, complètement anéanti par l’horreur des nouvelles sur l’état de santé de Danny.
Danny elle-même dépensa une énergie incroyable à s’investir complètement dans la prise de photos du groupe sur scène. Une dernière révolte contre la mort…Un étrange dialogue entre elle et Ian Curtis (l’une de ses photos est incroyablement prémonitoire)… Nous ne savions pas alors qu’en fait il la précèderait de peu vers la mort.

Jean-Pierre Turmel, Rouen, Juillet 2007

Ce texte a été publié dans le n° 49 d’ELEGY (aout / septembre 2007) à l’occasion de la publication d’un dossier spécial « Joy Division » pour la sortie du film « Control » d’Anton Corbijn. Il était accompagné de quelques photos prisent par Danny Dupic le 18/12/79 lors du concert Joy Division aux « Bains Douches ».
© Sordide Sentimental – 2007   http://sordide-sentimental.com